vendredi 11 avril 2008

Vincent







De quel bleu de quel vert sont tes toiles
ce mélange de terre et de ciel
les couleurs mêlées en des épousailles.
J'ai besoin de ta lumière
de tes oliviers tordus par le vent
de ton bleu de ton vert.

Et ton regard délavé
que tu portes sur le monde.
Est ce d'avoir saisi le réel
avec cette telle violente
intensité qui t'a volé ton réel ?

Ta peinture est un ravissement
qui me projette dans le réel,
ton réel malgré tout
malgré nous.

J'ai besoin de ta lumière
de tes bleus de tes verts
et le vent dans les arbres...

1 commentaire:

Laura a dit…

oliviers délavés
violence des troncs vrillés
ravissement du vent
évanescent voyage
au pays de Vincent