lundi 12 mai 2008

Inspiration








Parfois,
monte un poème.
Parfois,
il ne monte rien.
Et ce rien
n'est pas l'absence
ni le vide.
Plutôt un état d'attente
une vacuité
de ce qui peut venir.
Un ennui une nonchalance.
Mais comme le chat assoupi
on sait que passera tôt ou tard
une émotion une vision
intérieure ou extérieure
qui mobilisera l'énergie
et captera l'attention
jusqu'à rendre gorge
dans des mots à venir
du fond des lointaines mémoires,
jaillissant commme un éclat de lumière
sur une pierre critalline.

1 commentaire:

Laura a dit…

Un texte de Philippe Jaccottet en écho au tien:
"Paroles, à peineparoles
(murmurées par la nuit)
non pas gravées dans la pierre
mais tracées sur des stèles d'air
comme par d'invisibles oiseaux,

paroles non pas pour les morts
(qui l'oserait encore désormais)
mais pour le monde et de ce monde."

extrait de " Ce peu de bruits"