jeudi 22 mai 2008

Le fil d'Ariane









Il est un fil appelé d'Ariane pour sa solidité,
la nuit il devient phosphorescent,
lorsqu'on le suit il mène droit à un labyrinthe,
plus on le suit, plus l'on se perd.
Au coeur du labyrinthe la mémoire se délite,
le fil se tortille devient un ver de terre aveugle,
des voix d'outre tombe se font entendre
qui crient:" Ce n'est pas la bonne voie!
le fil est un leurre!" Ariane arrive alors,
elle coupe le fil, elle nous délie de nos amarres
de nos serments de nos devoirs.
On s'envole au dessus des noeuds embrouillés
de la vie, dans le ciel étoilé.




















4 commentaires:

Tisseuse a dit…

elle serait donc comme une des trois Parques : fileuse de vie, fileuse de mort ou de libération....

de qui est ce tableau ?
je le trouve saisissant

Estourelle a dit…

Ce tableau n'en est pas un, c'est un montage photo du photograhe Jean Luc Boivent dans un livre intitulé Sables mouvants (l'Esprit du grand désert) la poto d'avant aussi d'ailleurs et c'est vrai qu'elles sont très belles!!!!

den a dit…

c'est vrai...beaucoup de fils se croisent et s'entrecroisent...c'est la vie qui nous tisse sa toile et parfois nous perdons le fil...cependant il y a toujours le fil rouge. nous le perdons parfois...mais au gré des "va et vient" nous le reconnaissons et nous pouvons ainsi nous dire que nous ne sommes pas à côté de la vie...

Estourelle a dit…

Joli clin d'oeil de la vie!Den