dimanche 30 novembre 2008

Ligne de fuite





Traverse
ligne droite qui avale
que l'on parcourt en se hâtant,
de la traboule du quartier de mon enfance
mystérieuse secrète effrayante
aux parcs coupés dans la diagonale
à la recherche d'un milieu
illusoire improbable incertain.


Chemin de traverse
raccourci où l'on se perd
marche labyrinthique
s'éloignent les repères
les certitudes,
errance
au coeur du silence.


Traversée des désirs
traversée des toujours
traversée des jardins en fleurs
traversée des pleurs
traversée de l'enfance
traversée des souffrances.


Traversée du pré pieds nus à l'aube
et c'est le premier matin du monde
cet instant qui t'appartient à jamais
goutte de rosée au creux de la mémoire
diffractant la lumière d'hier à aujourd'hui.


Camino caminando
tu es toujours debout
dans un pré
les yeux émerveillés.



Photo: Diagonale d'un chemin habituel reliant Centre deux à un autre quartier...



1 commentaire:

Laura a dit…

chemins de traverse
où se niche
l'inconnu
une petite lumière
dans les yeux