vendredi 12 juin 2015

Poème chinois



                                         Calligraphie de Fabienne Verdier


                                       Sur le tard je n'aime 
                                         que la quiétude.

                                       Loin de mon esprit
                                         la vanité des choses.

                                       Dénué de ressources,
                                         il me reste la joie

                                       De hanter encore
                                         ma forêt ancienne.


                                       
                                       La brise des pins
                                         me dénoue la ceinture;

                                       La lune caresse les sons 
                                         de ma cithare. 

                                       Quelle est, demandez-vous,
                                          l'ultime vérité ?

                                       Chant de pêcheur,
                                         dans les roseaux, qui s'éloigne...

                                        Wang Wei

                                              

6 commentaires:

Laura-Solange a dit…

C'est magnifique! Ton nouveau décor met bien en valeur les photos ,et tu sais que ton texte sur Lee Bul me ravit...!

estourelle a dit…

OK! Merci! :)

mémoire du silence a dit…

"A Monsieur Le Magistrat Zhang"

Magnifique petit livre de poèmes chinois recueillis par F. Cheng et illustrés par F. Verdier... "l'esprit de la forme"...
Oui, ce noir met en lumière les images

Beau.

estourelle a dit…

oui c'est un livre lumineux!
merci!

Arlette Arnaud a dit…

Le vent du soir disperse les nuages douce sera la nuit. Merci pour vos belles pages

Arlette Arnaud a dit…

Le vent du soir disperse les nuages douce sera la nuit. Merci pour vos belles pages