mercredi 4 juin 2008

Le tilleul argenté





Sous les tilleuls argentés
un rêve déposé.
Les feuilles frissonnent.
Sous la brise s'abandonnent
les songes et les branches
doucement se penchent
recueillent la respiration
de la liseuse et ses visions
argentées.

6 commentaires:

Laura a dit…

C'est le summum du bonheur...

Tisseuse a dit…

c'est très paisible : texte et photo !

cela me fait penser tout à coup à quelque chose d'étonnant : je réalise que je n'ai jamais aimé lire dehors
le rapport aux livres pour moi se fait beauoup mieux à l'intérieur d'une pièce

Estourelle a dit…

Lire transporte, alors même si on lit à l'intérieur on est emmené plus loin! :)

den a dit…

Lire...intimité, complicité avec les mots...les maux...évocation toute intérieure, très personnelle...retour en soi et communication subtile de nos mondes intérieurs. les mots pour se connaitre, se reconnaitre. pour se comprendre et être en empathie avec le monde. lire...nourriture, respiration,vie.

Estourelle a dit…

Lisons lisons encore et encore dehors, dedans, ce qui vient à nous, les mots nécéssaires qui
nous construisent qui nous
déconstruisent !!

Anonyme a dit…

quelle douce sérénité ...
(tu l'as posté en brouillon sur le scriptorium ?)
bises tendres chère Estourelle
Arpi