dimanche 4 août 2019

Défendre la vie et les terres des peuples les plus vulnérables de la planète.




Un Awá non contacté en Amazonie © Mídia Índia from Survival International France on Vimeo.



Chères amies,
chers amis,

Des autochtones du peuple guajajara au Brésil aimeraient que vous regardiez et partagiezces images touchantes d'un homme non contacté, filmé alors qu'il se promenait dans la forêt.

Mídia Índia, une association de vidéastes autochtones, a publié la vidéo pour attirer l’attention sur le sort tragique des Awá non contactés avec lesquels ils partagent leur territoire.
Pour moi, ces images sont un rappel de ce pour quoi les sympathisants de Survival se battent : défendre la vie et les terres des peuples les plus vulnérables de la planète.

Le dernier îlot de forêt des Awá est en train d'être rapidement détruit au fur et à mesure de l'avancée sur leurs terres des bûcherons et des éleveurs, sans aucun doute encouragés par la politique anti-autochtone et le discours raciste du président Bolsonaro.

Comme vous pouvez l’imaginer, il s'agit pour nous d'une priorité absolue. Nous travaillons en étroite collaboration avec les Gardiens de l’Amazonie pour soutenir leur travail vital de défense de la forêt tropicale.

Nous faisons pression sur les ministres et les responsables gouvernementaux pour protéger les terres autochtones. Nous ne reculerons jamais et, avec votre soutien, pour rien au monde nous n'abandonnerons.

En toute solidarité,
Alice Raymond
Survival International



https://www.survivalinternational.fr/agir/mails/gardiens_guajajara/actions

Agissez maintenant : soutenez les Gardiens de l'Amazonie


jeudi 1 août 2019

chimères



               au long des rivières
               passent les instants éphémères
               reste nos chimères


samedi 13 juillet 2019

Amérique






Michel Embareck, écirvain et journaliste "Une flèche dans la tête" Joëlle Losfeld Editions, et Lionel Salaün, écrivain "Whitesand" Actes Sud 


Photo: Edgar en Louisiane (Etats-Unis) 2015


dimanche 7 juillet 2019

Sidération




               du vague à l'âme
               à la conscience tragique 
               de notre finitude
               je perds pieds dans l'abîme

               personne pour nous sauver
               nous sommes les yeux ouverts
               sur un cauchemar annoncé
               dans le déni du réel

               nous voguons à la dérive 
               sur un océan de plastique
               nous assistons atterrés
               à la disparition des espèces

               nous parlons dans le vide
               des solutions entrainant 
               des désastres de l'absurde
               qui a forgé notre finitude?

               de quelle souffrance viens-tu
               de quel gouffre-je te regarde
               et je cherche tes failles
               que tu t'es obstiné à combler

               sans le vouloir sans le savoir
               elles t'ont formé et déformé
               elles sont ton écriture 
               ton empreinte-je les connais






lundi 1 juillet 2019

Héautontimorouménos


                           Elle est dans ma voix, la criarde!
         C'est tout mon sang, ce poison noir!
         Je suis le sinistre miroir!
         où la mégère se regarde!

         Baudelaire


ici c'est le miroir aux alouette
ici c'est le palais des illusions
on n'y voit que dal
on s'y voit mourir
on ne rejoint personne
un trompe l'oeil qui ne trompe pas

cette machine se referme sur nous
cette machine nous détruit on la laisse faire
on n'a pas les moyens de l'arrêter
on croit qu'elle va nous sauver

on me dit blasé désabusé mais vois
Baudelaire avait vu le futur
avant que le présent ne se disloque
         
Gravure d'Emile Bernard






vendredi 21 juin 2019

mardi 11 juin 2019

Rien et tout




                                                  
                                               Que pense du rocher la mer 
                                               et de l'eau le soleil
                                               que pense de l'aile la plume, 
                                               que pense de la branche l'oiseau
                                               que pense du fruit la fleur, 
                                               que pense du paysage l'arbre
                                               que pense du ciel la racine, 
                                               de l'homme la terre 
                                               et de la vie,  la cendre?  Rien    
                                               et ce rien est tout.
                                               
                                               Quand le soleil répond 
                                               hurlant à tue-tête 
                                               au silence du ciel                                                                                                                                     et l'abeille en bruissant
                                               au réveil de la terre,
                                               tu chercheras en vain
                                               à trouver le chemin
                                               que les pas ont tracé,
                                               rien n'agira jamais,
                                               l'ordre ni le désordre
                                               et ce qui est demeure.
                                               
                                               Il te reste le rêve.
                                            
                                               Georges Hugnet