mercredi 21 février 2024

Paroles



"...Nos âmes ont été précipitées, avant même que d’éclore, dans un puits de ténèbres. La génération à laquelle j’appartiens a réussi à se hisser, je ne sais comment, jusqu’à la margelle pour jeter un coup d’œil sur ce qu’il y avait autour (« Bon Dieu ! ») et qui ne ressemblait à rien de ce qu’on apercevait au fond du trou. J’ai su d’emblée ce que j’avais à faire, de quoi j’étais tenu de parler, et d’abord pour mon salut, ma propre délivrance.


...Un livre ne me plaît pas, ne me parle pas parce qu’il est chargé d’harmonies verbales, de petits tours ingénieux, de sentences coupées, d’exhibitions de virtuosité — pas du tout ! Il remédie à l’infirmité de mon esprit, nomme congrument la chose, éclaire, illumine telle expérience que j’ai faite et ne comprenais pas. Il répand cette clarté qui n’est que de lui, de l’écrit, dans ces contrées de mon âme où mes propres, mes pauvres lumières n’atteignaient pas. Tout progrès de conscience, toute augmentation d’être sont source de joie tandis que la tristesse sanctionne les pertes, les empêchements, les privations. Notre vie, me semble-t-il, se déroule sous le signe de cette bipolarité. C’est Spinoza qui parle d’augmentation de notre « puissance ». Il y a plus de monde et notre félicité entérine cet accroissement, ce surcroît de richesse...


...On parlait de psychanalyse. Dans le même ordre d’idée, je me souviens du fils d’un notaire de Limoges qui, un jour, arrive en classe et laisse traîner sur sa table un gros livre dont le titre, Écrits, ne suggère rien de précis. Il a pour auteur un certain Lacan. Je l’ouvre, n’y comprends à peu près rien si ce n’est que le style, c’est l’homme à qui l’on s’adresse, et ça éveille des échos infinis...


...Tout ce qui demeurait dans l’ombre et le silence, comme en souffrance depuis toujours, éclatait au grand jour. J’avais 17 ans. À la différence des adultes, on restait suffisamment malléable pour prendre acte des propositions renversantes qui couraient de par le monde dans de petits ou de gros volumes imprimés. Il n’était plus que de s’absorber dans leur étude pour voir tout autrement et mieux, dissiper les vieilles énigmes, les ténébreux mystères dont le monde était encombré. Au prix, bien sûr, d’un certain désenchantement...


...Spontanément, nous ne regardons pas du tout les faits sociaux comme des choses. Nos jugements sont gauchis par le biais sous lequel nous les percevons — notre place dans l’espace social, notre condition de classe, nos intérêts. Cette perception subjective doit être prise en compte, objectivée. Elle est partie intégrante de l’objet.  ..."


Pierre  Bergounioux  (Extrait d'un entretien du 30 janvier 2024 diffusé dans la revue Ballast vu   ICI:   "La littérature est  par essence dissidente" )       Merci à Laura












dimanche 18 février 2024

mercredi 14 février 2024

Silence

 


                       votre silence 

                       est-il mur

                       est-il fente

                       est-il sphère

                       est-il épineux

                       est-il étoile

                       est-il matière noire

                       est-il question

                       est-il présence

                       est-il refuge

                       libre chemin

                       vivante nuit

                       croissance

                       ambivalence

                       énigme

                       tout et rien

                       le long du fleuve

                       les pensées serpentent

                       ici est ton refuge

                       ainsi tu marches dans ta tête

                       entre les longs rubans de brume

                       passent les hérons argentés

                       les pierres se taisent

                       la maison attend

                       le silence paisible

                       recueille les instants

                       











dimanche 11 février 2024

mercredi 7 février 2024

Révélation

 


Quel est le sens de la vie? Rien d'autre ー question simple, 

qui semblait se faire plus pressante au fil des années.

La grande révélation n'était jamais arrivée. En fait, la grande 

révélation  n'arriverait peut-être jamais. C'était plutôt des 

miracles quotidiens, des illuminations, allumettes craquées 

à l'improviste dans le noir; en voici une. Tout cet ensemble;

elle-même, Charles Tansley et la vague déferlante; Mrs Ramsey

 les rassemblant ; Mrs Ramsey disant: "Qu'ici la vie s'arrête";

         Mrs Ramsey faisant de cet instant quelque chose de permanent ─

cela tenait de la révélation. Une forme existait au milieu du chaos;

cette fuite incessante, cet écoulement perpétuel ( elle regarda

passer les nuages et s'agiter les feuilles) se stabilisait soudain.

Virginia Woolf






      

dimanche 4 février 2024

lieu à soi

 


                                                                                      la boite secrète

                                                                                      la boite de Virginia

                                                                                       le cher lieu à soi


                                                       un repli pliure

                                                       une encoignure une niche

                                                       où se retirer 


                                                       de là déplier

                                                       des pensées des mots des phrases

                                                       dans l'espace ouvert













jeudi 1 février 2024

l'ombre





 


                                                                           quand parfois la nuit

                                                recouvre le temps d'une ombre

                                                impossible à dire


                                                alors il faut suivre

                                                la trace lumière lunaire

                                                perdue sous les pierres






peinture de Caspar David Friedrich