vendredi 10 février 2012

Spirale 2


Impalpable métamorphose, mouvements infimes, accrochés à des volutes, ainsi s'accomplit notre vie de chutes en élévations. Tournoiement incessant, impalpable chant du vent qui relève nos désespoirs, du bleu qui ravive nos lassitudes. Nous marchons vers un horizon lointain où tremble une lumière incertaine. Des roches trouées laissent passer nos rêves et sur le sable la mer efface nos doutes, encore et encore. Il reste une inaltérable joie d'enfant à sauter de rochers en rochers à la recherche d'un fabuleux coquillage. Mais c'est un réconfort de penser que dans la spirale on ne repasse jamais tout à fait au même endroit et que l'on n'est jamais le même, il y a un infime écart qui nous déporte légèrement, nous empêche de tourner en rond___c'est réconfortant de le croire,_ l'adage "on n'entre jamais deux fois dans le même fleuve" pourrait se dire aussi on n'entre jamais deux fois, le même, dans le fleuve, à chaque fois un autre fleuve.


2 commentaires:

Laura a dit…

Pierres sable espace
aspiré retourné recroquevillé
songe éveillé

maria-d a dit…

Le cycle de la vie est une éternelle répétition, une répétition qui nous élève et nous transforme... nous ne sommes jamais le même...

c'est beau, merci