dimanche 27 mai 2012

VENISE - Carnet de bord - 8





C'est l'heure de l'ombra
l'heure de la pénombre
on s’enivre de beauté
comme de vin
le poète est seul
devant ses mots
échappés d'une blessure



1 commentaire:

mémoire du silence a dit…

Le poète est toujours seul
Le poète est toujours seul en chacun de nous

Je n'ai jamais vu Venise
J'ai toujours rêvé Venise

Seule face à ce rêve d'eau


Quel beau voyage (le votre)

amicalement