samedi 18 novembre 2017

vendredi 10 novembre 2017

jeudi 2 novembre 2017

Mais que la vie l'emporte






des pensées des images des souvenirs gravés dans nos cellules dans les peintures les musiques les mots les étoffes les pierres les coquillages les bouquets de fleurs séchées  ce qui reste de l'esprit de la vie en nous sauvé     ce peu ce rien incertain    tout est vain   mais ces brassées de joie    ces instants pleins sont là   c'est un songe qui dure   on revient sur ses pas parfois     puis on avance dans le noir       on tient le regard dans le loin     avec l'or des tours qui se répondent

  

samedi 28 octobre 2017

Voiles

                


               il y a toujours près de moi
               ces voiles sur la mer
               qui m'accompagnent

               présence infime
               d'inconnu
               pulsant dans mon sang

               ce désir d'infini
               inscrit dans l'hélice bleue
               de mon génome

               il y aura toujours
               quelque part
               une voile blanche sur la mer
               qui m'accompagne
               dans le silence de la nuit

               désir de poésie
               mots qui crissent
               dans le bois des barques
               attentives     
               
               mots qui noircissent
               la toile de lin
               quête vaine d'horizon
               




samedi 21 octobre 2017

Mer




                  quand la mer me prend
                  dans sa houle profonde
                  Ô source des ombres

                  horizon perdu
                  ligne incertaine fuyante
                  mille chemins

vendredi 13 octobre 2017

Penser





"...J'ai toujours su que la philosophie m'était étrangère. Une langue qui m'ignorait, et je le lui rendais bien. Une langue fictive, une sorte d’espéranto de la sophistication, cadenassé. il a fallu un très long temps avant que je me mette à penser. À m'apercevoir que je pouvais penser. Que la pensée , son courant, me traversait comme tout un chacun. Je ne saurai dire à quel moment c'est arrivé mais je sais que c'est par lui, sans doute le plus étranger: un philosophe.

Il dit: "C'est peut-être cela que voulait dire Foucault: je n'étais pas le meilleur, mais le plus naïf, une sorte d'art brut, si l'on peut dire; pas le plus profond, mais le plus innocent. C'est cette "innocence" qui est contagieuse: l'écoutant on se sent ,on se croit, directement concerné par le travail, son travail de la pensée.

C'est sous le régime de la contagion qu'on lit, qu'on écoute, Gilles Deleuze. Comme un danseur vous met en mouvement. "La philosophie comme acte de la pensée", dit-il, de Foucault, de Nietzsche. Et le voyant, agir la pensée, on la sent s'émouvoir en soi.

Quand j'ai commencé à le lire, j'ai beaucoup souligné, recopié, cette voix lucide qui parlait si justement de l'écriture. "Écrire[...]c'est un processus, c'est à dire un passage de Vie qui traverse le vivable et le vécu" C'est, pense-t-il tout haut dans l'abécédaire, pousser le langage jusqu'à la limite, celle qui le sépare du silence, de la musique, du piaulement ou du cri de l'animal. Comme faire de la philosophie est tendre vers la limite qui sépare la pensée de la non-pensée.


C'est cela que m'a fait découvrir la lecture de Gilles Deleuze, ouvrant l'enceinte bien gardée de ce que je croyais la culture hors sol des idées philosophiques sous engrais discursif. À l'ouverture, j'ai vu que ne restaient dans le fort que les rédacteurs dissertatifs, et hors fort, dehors, à découvert, ceux qui prennent à chaque fois le risque de penser - il s'agit d'un danger, on peut basculer au-dehors du dehors, sans réintégration - comme si penser venait de naître."...

Extrait du livre de Christiane Veschambre Basse langue 


mardi 3 octobre 2017

vibration







              des mots d'une langue
              pauvres et incertains bégaient
              ivres algorithmes

              comment te rejoindre
              dans les ondes immatérielles 
              poème vibration

              des mots résistent
              une langue souterraine
              creusent dans les bas-fonds

              le vide n'est pas rien
              une trace persiste au loin
              présence indicible

              Être ce qui fut
              un présent toujours à naître
              un passé en devenir


Statues de Giacometti au palazzo Fortuny à Venise