samedi 15 avril 2017

Déperdition


Résultat de recherche d'images pour "giacometti"

                                          On est en danger 
                                          
                                          depuis l'origine
                                          c'est une quête éperdu 
                                          à chercher du sens 
                                          devant la destruction

                                          rester les bras ballants 
                                          devant cet à quoi bon
                                          qui nous assaille
                                          ou courir à perdre souffle 

                                          fuite en avant 
                                          vers ce devenir-mystère 
                                          que l'on approche 
                                          tout en le tenant à distance

                                          désirer  contempler
                                          l'étoile lointaine
                                          si beau le chemin 
                                          d'elle à moi 
                                          de moi à elle

                                          et voir sans frémir
                                          la lutte sauvage
                                          que se livre la vie
                                          la mort inscrite en elle

                                          cette violente brutalité
                                          qui déchire le temps
                                          et projette dans le vide absolu

                                          aucune consolation
                                          devant l’arrêt 
                                          du mouvement perpétuel 
                                          ça nous lamine
                                          nous essore
                                          nous dessèche 
                                          nous achemine

                                           et la question qui taraude 
                                           cela s’arrête-t-il vraiment




peinture et sculpture de Giacometti


Abécédaire lettre D

mercredi 12 avril 2017

Sous titre



                                 Ailleurs 
                                               
                                                    la lumière 
                                                    d'un fil d'argent
                                                    sépare l'espace

                                       
                                                Dans ce refus
                                                de l'inquiétude
                                                autrefois                           
                                                                                            perdu



                                                Retrouver les arbres
                                                en inversant le temps
                                                dans un chemin

 abandonné



Falling Houses (1, 2, 3), Pascale-Marthine Tayou © ADAGP, Paris 2017 
Courtesy Galleria Continua, San Gimignano / Beijing / Les Moulins / Habana




Voir le lien sur l'expo: Afriques Capitales       

https://lavillette.com/evenement/festival-100-exposition-afriques-capitales/
 

jeudi 30 mars 2017

Pour les arbres







                 Que restera-t-il 
                 de la terre quand les forêts
                 Oh arbre mon frère

                                                                                                                                      
                                                                                                                                        VOIR ICI



mercredi 22 mars 2017

Printemps


                  Étonnement blanc
                  Éclosion d'un même nouveau
                  La joie vole au vent



             


vendredi 17 mars 2017

Ailleurs autrefois perdu



Bernard Plossu




              L'enfance c'est de la joie vive
              un ailleurs autrefois perdu
              une cour de récréation 
              accolée à une église 
              
              des cris résonnent
              en haut des fiers créneaux

              Sous les pieds 
              un tapis d'odeur musqué                                           des instantanés inscrits 
              au cœur d'un quartier usé

         le cœur de la fleur d’acacia bu
         un savoir ancien pénètre
         les interstices d'un éternel présent                              le coq a renversé la pendule        

              Les chevaux trépignaient
              ils fracturaient les murs
              ils ouvraient l'espace

                                      Des doigts crochus 
              éventrent l'oreiller
                                      la joie s'est maintenue
              la joie vole au vent
              la joie a décampé
              ailleurs autrefois perdue


Photo: Bernard Plossu

Abécédaire lettre E (enfance)


jeudi 9 mars 2017

Nietzsche à Venise



"Alors que le chemin de fer traverse le tunnel du Saint-Gothard, Nietzsche se met alors à chanter un chant merveilleux, d'une mélodie vraiment étrange, qui n'est autre que son dernier poème intitulé         


                           Venise...




"Accoudé au pont,
 j'étais debout dans la nuit sombre
 Quand, de loin, un chant vint jusqu'à moi
 Des gouttes d'or ruisselaient
 Sur la surface de l'eau,
 Gondoles, lumière, musiques,
 Tout cela flottait dans l'ivresse du 
 crépuscule...



...Mon âme comme un luth pincé 
   par une main invisible
   Chantait pour elle même,
   tremblante d'une béatitude diaprée..."





"...Mais quelqu'un l'écoutait-il ?"









"Finalement,personne ne peut tirer des choses, y compris des livres, plus qu'il n'en sait déjà. Ce à quoi l'on n'a pas accès par une expérience vécue, on n'a pas d'oreilles pour l'entendre" (Fédérich Nietzche)



D'après le livre de Frédéric Pajac
L'immense solitude PUF 1999
Dessins de Frédéric Pajac