vendredi 12 janvier 2018

Résister




Paul Auster à Brooklyn, décembre 2006



Paul Auster dans l’entretien au long cours qu’il a donné à la revue America. « La démocratie n’est jamais totalement acquise », rappelle-t-il. Celui qu’il nomme N°45 pour ne pas avoir à prononcer le nom du président des Etats-Unis a été élu avec trois millions de voix en moins que son adversaire démocrate, du fait de la loi électorale américaine : « quand on regarde le Wisconsin, la Pennsylvanie et le Michigan, Hillary Clinton perd de soixante-dix-huit mille voix. Ce qui représente le nombre de personnes présentes dans un stade lors d’un match de football américain… » Sur un total de cent vingt millions de votes, « un stade de foot nous a fait basculer sous le règne de N°45 ». Dès lors, la machine à « démanteler le système en place » s’est mise en route : « le ministre de la Santé ne croit pas en l’assurance maladie, la ministre de l’Éducation ne croit pas en l’école publique, l’Agence pour la protection de l’environnement nie le réchauffement climatique », un terme qui « n’est même plus autorisé à l’Agence »… Mais pour l’écrivain, c’est depuis les années 60 que « nous faisons marche arrière ». Car « au fil des ans quelque chose de fondamental a changé : ce que représente l’Amérique à nos yeux. Nous avons toujours cru que nos institutions étaient solides. » Et le « cycle populiste » que l’on voit se confirmer dans toutes les grandes démocraties dénote une perte de confiance dans ces institutions, alimentée par une « colère » sans objectif clairement assigné. En ce qui concerne son pays, Paul Auster estime que ce sont les années Reagan qui « ont irrémédiablement inversé la façon dont on pense le gouvernement en Amérique ». C’est pourquoi il insiste sur le bilan d’Obama, même s’il est réservé sur sa politique internationale : « Sous son double mandat, il n’y a pas eu un seul scandale, pas un seul cas de corruption, pas une seule accusation. Cela suffit à faire de lui un président 
extraordinaire. » 
Par Jacques Munier

Nouveau roman de Paul Auster: 4321 Actes Sud

samedi 6 janvier 2018

2018 Résister







         
          "Résister c'est dire non!
           c'est tout simplement exister.
           Exister consiste à résister!
           Au moment où le petit enfant
           prend conscience de son existence
           il dit non!"
                          Germaine Tillion


               
               "j'entends la peur
           j'entends le bruit des hommes 
           que l'on piétine
           que l'on arrache à leur terre!

           Terre chérie
           nous t'entendons gémir
           Pleure terre chérie!
           Pleure!

                                 j'entends les vainqueurs
           ils sablent le champagne
           sabler! sabler! tyrans!
           
                                  mon enfant mon fils unique 
           où es tu ?
           Là près de toi!
           Dieu merci tu es encore vivant!

           J'entends des bruits!
           encore des plaintes! Oui! 
           c'est la respiration haletante
           des prisonniers attendant l'heure
           Oui!
           c'est l'écho des eaux qui sourdent
           ou les femmes écrasées de douleur 
           qui se frappent le visage        
           sur la terre!

           Oh! visage en pleurs

           Pourquoi pleurons nous 
           quand nous souffrons?

           Enfant ils pleurent 
           quand ils sont obligés 
           de partir de fuir de mourir!

           C'est parce que les hommes
           pleurent que la la mer est salée
           enfant! et pour que leurs yeux
           soient lavés de temps en temps
           pour y voir plus clair
           de temps en temps 
           plus clair!"
                                 Henri Louis Péraro
                                      Centrifuge sur la terre
                                        Pièce sur le Chili (1973)





dimanche 31 décembre 2017

Faire le point





"Faire le point comme on fait le vide - comme on ajuste une focale. L'arrivée de l'infini. Quelque chose a lieu et me traverse. Le point le plus vivant n'habite plus dans le monde qu'on dit réel, celui de la valeur chiffrée, celui de la circulation de l'argent. A une époque où la crise financière a débordé le monde, ou elle a remplacé l'idée de destin, le point s'éloigne, il est devenu étranger à nos préoccupations, oublié derrière l'épaississement de la réalité, comme une perle qui roule inutile sous un vieux meuble...



...Difficile, dans ces conditions de discerner le point de poésie. Si la société organise son effacement: l'exil du point résume notre époque. Faire le point consiste à partir à sa recherche. Ce point Dante le nomme " Il punto a cui tutti li tempi son presenti" - le point auquel tous les temps sont présents. Y accéder implique une endurance. Un lieu libre où des feux s'enroulent, où des visions renvoient leurs reflets jusqu'à l'impossible. Cet écart à l'intérieur de la pensée. Le point fait coïncider ce qui disparaît avec le retour de tout ce qui a été: il remplit tout, et il est ouvert..."


Extrait du livre de Yannick Haenel
"Je cherche l'Italie"



dimanche 24 décembre 2017

silence blanc







                  parfois Barbara
                  sur un paysage blanc
                  murmure à l'oreille





lundi 18 décembre 2017

Espoir






                suivre une trace bleue
                un chemin perdu lointain
                inaccessible rien






lundi 11 décembre 2017

vision

                                                                             




                  près du lac gelé
                  le regard se cristallise
                  le temps s'est figé



lundi 4 décembre 2017

Agencement


                          

                                    agencement 
            de formes de pensées de matières 
            trouée de lumière

            sur le fil d'acier
            la flèche du temps vibre
            au-delà du vide

            c'est le poème
            et son étrange visitation
            qui nous transfigure

            tout se dénoue
            au point de la focale
            dans l'angle mort
       
            ordonnance des sons 
            harmonie grisante et douce 
            le monde tient le Chaos