lundi 22 octobre 2018

Du noir




"Un jour je peignais,  le noir avait envahi toute la surface de la toile, sans formes, sans contrastes, sans transparences. 
Dans cet extrême j'ai vu en quelque sorte la négation du noir.
Les différences de texture réfléchissaient plus ou moins faiblement la lumière et du sombre émanait une clarté, une lumière picturale, dont le pouvoir émotionnel particulier animait mon désir de peindre.
Mon instrument n'était plus le noir, mais cette lumière secrète venue du noir."

Pierre Soulages



samedi 13 octobre 2018

Les loyautés




"Les loyautés ce sont des liens invisibles qui nous attachent aux autres, aux morts comme aux vivants, ce sont des promesses que nous avons murmurées et dont nous ignorons les causes , des fidélités silencieuses, ce sont des contrats passés le plus souvent avec nous-même, des mots d'ordre admis sans les avoir entendus, des dettes que nous abritons dans les replis de nos mémoires, ce sont les lois de l'enfance qui sommeillent à l'intérieur de nos corps, les valeurs au nom desquelles nous nous tenons droits, les fondements qui nous permettent de résister, les principes illisibles qui nous rongent et nous enferment, nos ailes et nos carcans, ce sont les tremplins sur lesquels nos forces se déploient et les tranchées dans lesquelles nous enterrons nos rêves."

Extrait du livre de Delphine de Vigan





jeudi 4 octobre 2018

samedi 29 septembre 2018

Terre de feu et de glace


                             
                  La nuit déposée
                  sur le sable ourlé d'écume
                  le jour incrusté
                  dans le vert pâle du lichen

 





samedi 22 septembre 2018

L'arbre -Monde


                                                                                           


                                                                                                               






samedi 15 septembre 2018

Présence





                    présence absence
                    portrait d'un instant
                    flèches de temps de vent
                    les contours s'estompent


                    il ne sait plus rien
                    il s'ouvre à la présence
                    il peint la vie même
                    l'être à travers le corps



PORTRAIT DE  ISAKU YANAIHARA    PAR GIACOMETTI     



                               

vendredi 7 septembre 2018